Ils rêvent d'une «troisième voie» pour les municipales

Amandine Rancoule

— 

Mardi midi, à côté de la mairie.
Mardi midi, à côté de la mairie. — P.Magnien / 20 Minutes

Il ne faut pas encore s'attendre à un programme ou à une liste électorale. Devant l'entrée de l'hémicycle du conseil municipal, le nouveau collectif citoyen «Le Sursaut» a brossé mardi midi ses ambitions en vue de municipales de 2014. «La réalité est qu'il y a deux blocs : le PS et l'UMP, explique Jacques Poncin, un dirigeant d'ONG. Il faut introduire une troisième voie, une alternative. Et si on rate le coche, c'est Marseille qui perdra».

«Il faut voler la parole»


Depuis l'année dernière, un groupe mêlant militants, politiques et associatifs a lancé le «manifeste des Gabians» pour réfléchir sur le fonctionnement de Marseille. «Je suis conseiller communautaire et on ne me donne pas la parole, alors imaginez les simples citoyens, estime Victor-Hugo Espinosa, le président de l'association environnementale Ecoforum. Il est temps de commencer à voler la parole.» Mais à six mois des élections municipales, ils sont seulement 200 associatifs, personnalités politiques ou citoyens, dont les Gabians, à demander cette «autre gouvernance démocratique». «On compte sur d'autres ralliements et ensuite nous construirons un programme ensemble», indique un membre du collectif. Après les états généraux de ce nouveau parti en novembre, le mouvement veut présenter des listes dans chaque secteur. Et, une nouvelle fois, le nom de Pape Diouf est évoqué. Son conseiller Vincent Manca a déjà signé l'appel du sursaut. L'ex-président de l'OM, également approché par le PS, attend lui, la fin des primaires socialistes.

■ Sur Facebook

Le collectif «Le Sursaut» dispose d'une page facebook intitulée «Les Gabians - Collectif pour changer Marseille» sur laquelle est indiquée l'actualité des réunions et des propositions.