Emprunts toxiques à Aubagne

— 

La Chambre régionale des comptes vient de rendre son rapport sur la gestion de la ville d'Aubagne depuis 2001. Les magistrats notent d'abord un manque de fiabilité dans les comptes présentés, qui impose aujourd'hui de trouver 4, 6 millions d'euros de recettes nouvelles. Elle remarque ensuite que le nombre d'agents communaux a augmenté de 13 % entre 2005 et 2010, avec un pic d'embauches en 2009. La Chambre estime également que le niveau de la dette, près de 158 millions d'euros, est «particulièrement élevé». «Ces chiffres déjà alarmants sont toutefois largement sous-évalués, car ils n'intègrent pas la dette de 33, 7 millions contractée en 2009 auprès de la Royal Bank of Scotland», ajoutent les magistrats. Cette opération, insistent-ils, est «particulièrement pénalisante pour la ville» puisqu'elle comporte des «mécanismes d'indexation complexes et atypiques». En clair, il s'agit d'un emprunt toxique.