« Bâtir un grand club dans le Var »

Propos recueillis par Camille Belsoeur

— 

L'interview a eu lieu samedi quelques heures avant un match perdu par Fréjus face au Paris FC en national (0-1). Michel Estevan, affable et bavard, nous a raconté son aventure footballistique dans le Var.

Michel, vous entamez votre 2

e

saison avec Fréjus en national. N'est-ce pas dur après avoir connu la Ligue 1 ?

Je ne vais pas dire que je ne fais pas attention au niveau, le National, ce n'est pas la Ligue 1 ou la Ligue 2. Mais j'ai souvent pris des clubs assez bas pour les faire monter, comme Arles. Et puis, après mon expérience en Ligue 1, je suis passé à Boulogne en Ligue 2, mais les gens n'ont pas été corrects avec moi. Alors qu'aujourd'hui à Fréjus je suis dans un club ambitieux avec la mairie derrière nous et des dirigeants compétents.

Quelles sont vos ambitions avec Fréjus pour les prochaines saisons ?

Je suis ici pour construire un projet et pour bâtir un grand club dans le Var. Je ne sais pas si on ira en Ligue 2 à court terme, mais depuis que je suis ici, on a déjà sorti un petit centre de formation, ce qui n'existait pas avant. J'ai toujours réussi quand j'avais la confiance du club. C'était le cas à Arles pendant plusieurs années et on a réussi de grandes choses.

Sentez-vous un engouement populaire autour du club après votre 4

e

place de la saison passée ?

C'est moyen ici comme dans le Sud en général. On a du mal à avoir un groupe de supporters qui poussent l'équipe. Surtout, chaque personne qui a un jour touché le ballon croit tout connaître du football et vous donne des conseils. Après, c'est comme partout, le jour où vous montez en Ligue 2, il y a pas mal de choses qui changent et il y a beaucoup plus de monde au stade.

■ L'Etoile Fréjus FC regarde vers le haut

Depuis la descente en enfer du grand Sporting Toulon des années 80, qui a connu la Division 1 avec Paganelli, Ginola et Rolland Courbis sur le banc, l'Etoile Fréjus est le seul club du Var dans les trois premières divisions françaises. L'EFFC squatte même le haut de tableau du national depuis quatre saisons et est passé tout près de la montée en Ligue 2 sous la houlette de Michel Estevan l'an passé. Cette année le club veut « faire encore mieux ».