«L'affaire était connue de tous»

Mickaël Penverne

— 

L'Hôpital Nord de Marseille a-t-il été le théâtre d'une prise d'otage ? Selon La Provence, dans la nuit du 12 au 13 août, un homme, qui avait été opéré d'une blessure par balles quelques jours plus tôt, est sorti de sa chambre avec une arme à la main et a séquestré des infirmières dans une salle de soins. Or, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône et Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, ont démenti ces informations.

« Passé sous silence »


Selon la préfecture, il était 00 h 30 quand le responsable de la sécurité de l'Hôpital Nord a prévenu la police «qu'un patient hospitalisé en chirurgie thoracique a été aperçu porteur d'une arme de poing ». La préfecture ajoute : « A aucun moment le personnel hospitalier n'a indiqué aux services de police avoir été victime de séquestration ou de prise d'otage sous la menace d'une arme.» De son côté, l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM) dément que cet incident a été «passé sous silence». «La direction générale tient à réaffirmer que rien n'a été caché, bien au contraire, affirme-t-elle. C'est d'ailleurs sur la base de cet événement que le directeur général a très exceptionnellement sollicité, par courrier du 19 août, l'aide des pouvoirs publics, après consultation du maire de Marseille, président du conseil de surveillance» de l'AP-HM.

Une version confirmée par Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées. «Le directeur de l'AP-HM en a fait état devant le Premier ministre le 20 août, lors d'une réunion des urgences de l'hôpital de la Conception, assure-t-elle. L'affaire était donc connue de tous.» La Provence maintient cependant sa version des faits.

■ Une agression à la Conception mi-août

Le 18 août, un infirmier a été agressé au couteau à l'hôpital de la Conception. Il avait été blessé quelques minutes auparavant à la sortie d'une boîte de nuit. Ne voulant pas être enregistrés, ses deux amis avaient voulu forcer les portes d'entrée des urgences. Le ton était monté et, juste avant de repartir, l'un d'eux avait donné un coup de couteau au soignant, l'atteignant au bras. L'agresseur, âgé de 27 ans, avait été interpellé peu après.