Les élus goûtent au « tweet-clash »

Mickaël Penverne

— 

Au conseil municipal, Jean-Claude Gaudin et Patrick Mennucci passent leur temps à s'envoyer des scuds. Depuis quelques jours, ils se bombardent sur un autre terrain : Twitter. Mercredi, Gaudin a tiré le premier : «Mon prédécesseur [Robert Vigouroux] a la rancune sélective : Il ne tient pas rigueur à @patrickmennucci de lui avoir préféré @MichelPezet aux municipales de 89.» Réplique de Mennucci : «L'intelligence sans doute et l'intérêt général»… Gaudin, grinçant : «Depuis quand les intérêts personnels de @ patrickmennucci seraient les intérêts de #Marseille. Grande nouvelle…»

« Pachyderme »


Beaucoup d'élus possèdent un compte sur le réseau social. Mais la plupart ne tweetent pas eux-mêmes. C'est le cas du maire de Marseille. «Pour le débat municipal, c'est son cabinet qui organise la riposte, explique Yves Moraine, 1er adjoint. Pour le débat électoral, ce sont les élus comme moi ou Martine Vassal, et quelques militants, qui réagissons. En résumé, il inspire les messages mais ce n'est pas lui qui les poste.» A l'inverse, Patrick Mennucci tweete. Et visiblement, l'exercice le fait marrer : «Vous avez vu qu'après le tweet de Gaudin, Pezet l'a traité de pachyderme !» Eugène Caselli, de son côté, s'est essayé au TweetChat avec les internautes, le 28 août : «Ce n'est pas facile de répondre aux questions en 140 signes mais je suis satisfait : on l'a beaucoup commenté», souffle-t-il. Dans l'équipe de Marie-Arlette Carlotti, 4 à 5 personnes sont dédiées aux réseaux sociaux. Mais avec elle, pas de « tweete-clash » possible : «On a fait passer la consigne : pas d'agression mais de l'information, explique Joël Canicave, son directeur de campagne. Il faut rester fidèle à son image.»

■ Un débat (nocturne) avant les primaires

France 3 Provence-Alpes organise le 12 septembre un débat entre les six candidats des primaires PS. Il sera animé par François Bezert, de France 3, et Michaël Szames, de Public-Sénat. Mais cette émission, qui devrait durer plus d'une heure, a été programmée à 23 h 15. «On est un peu loin de l'échéance pour la passer en prime-time», explique-t-on à la chaîne. Le débat sera rediffusé sur Public Sénat les 13, 14 et 15 septembre. En journée cette fois.