L'Etat appelle les entreprises à la rescousse

Mickaël Penverne

— 

Le préfet de région Michel Cadot.
Le préfet de région Michel Cadot. — P. Magnien / 20 Minutes

Le préfet de région, Michel Cadot, tente de mobiliser sur les emplois d'avenir. Mardi, à l'issue d'une réunion avec les collectivités, Pôle emploi et les associations, il a annoncé le lancement d'un «plan d'action» pour étendre ce dispositif destiné aux jeunes peu qualifiés.

« Pas d'embauche par réflexe fiscal »


Près de 4 000 contrats ont été conclus en région Paca, soit 52 % de l'objectif fixé par le gouvernement. Un résultat «correct» selon le représentant de l'Etat. En revanche, dans les Bouches-du-Rhône, on est loin du compte puisque 1 800 emplois d'avenir ont été créés, soit 44 % de l'objectif. «On a, dans le département, une population sous-qualifiée, et en face, des collectivités dont les capacités financières sont très limitées», explique Nicolas Garnier, directeur territorial de Pôle emploi. Pour remplir ses «objectifs», le préfet est donc obligé de se tourner vers le secteur privé. «Le plan d'action que nous mettons en place vise à multiplier les contacts avec l'ensemble du secteur marchand, des grands donneurs d'ordre aux très petites entreprises», précise Michel Cadot. Pôle emploi a programmé 20 000 contacts d'ici fin octobre. Le hic, c'est que les entreprises ne semblent pas toutes emballées. «Pour qu'une entreprise embauche, il faut de la croissance, c'est-à-dire un carnet de commande rempli, souligne Maurice Wolff, vice-président de l'UPE 13. Ensuite, il faut de la confiance. On peut inventer tout ce que l'on veut : une entreprise n'embauche pas par réflexe fiscal mais parce qu'elle en a besoin.»

■ A mi-chemin

Lors du lancement du dispositif, en novembre 2012, François Hollande avait fixé à 100 000 le nombre d'emplois d'avenir à signer d'ici à la fin de l'année. La barre des 50 000 vient d'être franchie.