Comment l'OM a récupéré Thauvin

Camille Belsœur

— 

Florian Thauvin s'est révélé l'an dernier sous les couleurs de Bastia.
Florian Thauvin s'est révélé l'an dernier sous les couleurs de Bastia. — P. Pochard-Casabianca / AFP

Le feuilleton de l'été sur le marché français s'est terminé dans les dernières heures du mercato, qui a pris fin lundi à minuit, dans un money-time – au sens littéral – où les enchères grimpent toujours en flèche. Le Lille de Michel Seydoux, qui depuis des semaines présentait Florian Thauvin, son attaquant débauché de Bastia en janvier mais qui n'a jamais joué une minute dans le Nord, comme « intransférable », a finalement cédé. Pour une somme de 15 millions d'euros, bonus inclus, quand l'OM avait fait une première offre à 5, 5 millions au début de l'été, puis une seconde à 10 millions d'euros il y a une semaine.

Les dirigeants marseillais ont payé au prix fort ce champion du monde avec l'équipe de France des moins de 20 ans, mais leur marge était réduite. En cette fin de mercato, Liverpool, Arsenal et Newcastle se sont en effet positionnés sur le joueur, avec une offre de 10 millions pour le premier nommé, et de 12 millions pour les deux autres. Il y a quelques jours encore, l'issue de ce dossier paraissait pourtant bien incertaine. Le 25 août Michel Seydoux déclarait sans ambage : « Thauvin restera au Losc point final. »

Des prêts qui soulagent


Mais l'attitude de Florian Thauvin, en grève depuis plusieurs jours, a finalement convaincu Lille de le lâcher. D'ailleurs, devant son comportement René Girard, le coach lillois, n'en voulait plus. En face, l'OM qui n'a jamais rompu le lien avec le joueur et Adil, son oncle-boucher-agent, a donc décidé de passer une dernière fois à l'action. Grâce à l'économie de 5 millions d'euros faite avec les départs en prêt de Foued Kadir et Morgan Amafiltano, Marseille, qui a aussi touché 5 millions de droits TV en plus après en Ligue des champions après l'élimination de Lyon, a eu les reins assez solides pour surenchérir une dernière fois. Le feu vert de Margarita Louis-Dreyfus ayant été donné dans la matinée lundi. Ensuite, les derniers détails d'un contrat de cinq ans ont été réglés pendant de longues heures à La Commanderie.

■ Labrune réagit

«J'en profite pour souligner la courtoisie et la qualité des échanges que j'ai eues ces derniers jours avec Michel Seydoux», a lancé lundi soir le président Vincent Labrune.