Un salarié sur quatre vit dans la pauvreté

©2006 20 minutes

— 

En Paca, plus d'un salarié sur quatre gagne moins de 7 100 e par an. Selon l'Insee, qui a publié en octobre une étude* sur le sujet, les « salariés à faibles revenus » étaient 450 000 dans la région en 2004. « Il ne s'agit pas nécessairement de travailleurs pauvres, estime l'Insee. Car ils peuvent bénéficier des revenus d'un membre de leur entourage. » En Paca, ils représentent 28 % des salariés. Une proportion à mi-chemin entre celle du Languedoc-Roussillon (31 %), et de Rhône-Alpes (25 %). Pour l'Insee, Paca et le Languedoc sont comparables pour leur taux de chômage élevé et leur économie « tertiaire et touristique ». L'hôtellerie-restauration, les activités culturelles et sportives, les services aux particuliers, le commerce de détail, l'agriculture : tous ces secteurs emploient beaucoup de main-d'oeuvre dans la région. Ils sont aussi ceux qui affichent le plus fort taux de « salariés à faibles revenus », de 46 % à 58 % selon l'activité. En cause : des emplois peu qualifiés (96 %) à temps partiel et de courtes durées, souvent par intérim. « En 2004, les deux tiers des salariés à faibles revenus ont travaillé moins de quatre mois au total », note l'Insee. Le phénomène touche davantage les femmes que les hommes. Les jeunes sont aussi les plus menacés : 40 % des salariés à faibles revenus ont moins de 30 ans.

F. L.

Selon l'Insee, les plus bas salaires se retrouvent dans la santé et l'action sociale (605 e net par mois) et le secteur associatif (535 e net). Les femmes sont, là aussi, moins bien payées que les hommes.