Les fans du Tour de Franceont assuré le spectacle

AmandineRancoule

— 

Accoudé aux barrières, un homme explique à sa femme l'intérêt du Tour de France. «Exploit sportif, moment historique, effort commun.» Il ne manque pas d'arguments, mais elle n'est pas convaincue. Pour le moment, elle est obnubilée par un jeune homme courant autour du rond-point du Prado en criant «dopage». Mercredi après-midi, les Marseillais s'occupaient comme ils pouvaient en attendant les cyclistes. «Quand ils sont passés il y quelque années vers Sainte-Marthe, j'étais très bien placé en bas d'une descente, raconte Etienne. Ils roulaient au moins à 60 km/h», estime le quadra, tee-shirt jaune sur le dos, «en clin d'œil». Autour de lui, sa fille et son fils s'amusent. «Tu es le roi des bananes», lance la petite à son aîné. En réponse, elle prend un coup de casquette sur le pied. La dispute est stoppée net par l'arrivée de la caravane : un Mickey géant habille le toit d'une voiture. Suivent deux autres véhicules de la même trempe d'où des speakerines excitées lancent à la foule des magazines. Une spectatrice, carré sévère et perles de culture, reçoit un Mickey Parade en pleine poire. «Ce n'est pas grave», sourit-elle aux autres badauds. Mais bientôt l'attention est détournée. Sur une remorque, des jeunes hommes en slip se dandinent pour faire la promotion d'une lessive. Une ado, cheveux jaunes et pointes marron, est bouche bée. Elle est tirée de sa rêverie par une pluie de sachets de chips qui s'écrasent sur le goudron. «Apéro», hurlent ses collègues. Mercredi, les cyclistes ont assuré le spectacle, mais la foule avait déjà tout donné en première partie.