Les marcheurs loin des rails

Mickaël Penverne

— 

Les promeneurs risquent 3 750 € d'amende et 6 mois de prison.
Les promeneurs risquent 3 750 € d'amende et 6 mois de prison. — P. Magnien / 20 Minutes

Il y a le pêcheur du matin, les touristes égarés ou encore les adolescents en tongs et serviettes de plage. «Un jour, j'ai croisé une famille avec un bateau gonflable, confie Florian Tubeau, conducteur de train entre Marseille et Martigues. Heureusement, ils ont eu le temps de se pousser et je ne les ai pas heurtés.»

Les jeunes sont les premiers ciblés


Chaque jour, une trentaine de TER empruntent la ligne de la Côte Bleue. Sur ces 71 km de voies ferrées, Réseau Ferré de France (RFF) a comptabilisé 14 accidents mortels entre 2001 et 2011. Des marcheurs qui vont ou reviennent de la plage, marchent en lisant leur smartphone ou avec leurs écouteurs sur les oreilles et qui n'entendent pas le train arriver. «Les nouvelles machines sont très silencieuses, insiste Florian Tubeau. En plus, le tracé est sinueux. Du coup, on n'a pas de visibilité au-delà de 200 mètres». Sur certaines portions, les TER peuvent rouler à 110 km/h. A cette vitesse, il leur faut entre 600 et 800 mètres pour s'arrêter. Le tracé de la Côte Bleue est «en grande partie» grillagée, souligne Marc Svetchine, directeur régional de RFF. «Mais on ne peut pas empêcher les gens de partir d'une gare pour longer les rails», indique-t-il.

Comme chaque été depuis trois ans, RFF va donc sensibiliser les vacanciers des risques d'emprunter les voies ferrées pour se rendre dans les calanques. Avec des tracts, des affiches mais aussi un «live painting» samedi, place Général-de-Gaulle à Marseille, et des spectacles de danses sur les plages. Ce sont les jeunes qui sont surtout visés cette année. «Certains jouent à sortir de la voie le plus tard possible et après, ils diffusent leur vidéo sur Internet», soupire Florian Tubeau.