La SNCM vers une décrue d'activité ?

Amandine Rancoule

— 

Un ferry de la Société nationale maritime Corse Méditerranée dans le port.
Un ferry de la Société nationale maritime Corse Méditerranée dans le port. — P.Magnien / 20 Minutes

C'est une journée décisive pour l'avenir de la SNCM, l'opérateur historique entre Marseille et la Corse plombé par un déficit d'exploitation de 14 millions d'euros en 2012. Ce jeudi, le conseil de surveillance de la compagnie maritime se réunit à Paris. Deux options devraient être soumises au vote des actionnaires : une réduction de la voilure avec la vente de deux ferries ou, au contraire, l'investissement dans une nouvelle flotte.

«En colère»


Selon une source proche du dossier, la première option est présentée par Veolia, l'actionnaire principal. Ce plan passerait par 800 licenciements. «Le risque social peut avoir des conséquences très graves, estime Roland Blum (UMP), le premier adjoint au maire. Il est important que l'Etat nous dise ce qu'il entend faire, que nous ne soyons pas pris au dépourvu dans quelques mois.»

De son côté, le personnel, détenteur du capital à 9 %, souhaiterait développer l'entreprise en investissant. «Le rejet de cette option serait désastreux, estime Eugène Caselli (PS), le président de la communauté urbaine (MPM) dans un communiqué. Je compte sur le gouvernement pour faire preuve de responsabilité et de clairvoyance afin de sauver l'entreprise, fleuron de l'économie portuaire, et les 800 emplois menacés», ajoute-t-il, parlant d'une réunion qui «scellera l'évolution du port de Marseille». Dans une lettre adressée mardi à Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports, les syndicats ont expliqué «être en colère et toujours dans l'attente de réponses et d'actes concrets». Un préavis de grève renouvelable a été déposé pour le 27 juin, deux jours avant le départ du Tour de France en Corse.