Beaucoup de bruit pour trop d'habitants

©2006 20 minutes

— 

« En moins d'un mois, 350 personnes nous ont rejoints, c'est dire l'ampleur du problème », explique Daniel Amar, président de l'Association défense environnement des Vitrollais (Adev). Selon elle, de vieux couloirs aériens, « définis en 1985-1986, alors que la densité de population n'était pas la même », sont utilisés pour répondre à l'augmentation du trafic de l'aéroport. Conséquence, « l'institutrice de mes enfants arrête de parler dès qu'un avion passe, c'est-à-dire toutes les trois minutes ». Selon l'association, 10 000 à 15 000 habitants souffriraient de nuisances sonores. Elle propose d'adapter le plan de vol des aéronefs pour occasionner moins de gêne. Une réunion avec le sous-préfet d'Istres est prévue « courant novembre ».

Le plan d'exposition au bruit de l'aéroport a été arrêté en août par le préfet. Il identifie quatre zones selon le degré de nuisance, et y autorise ou non la construction. « C'est positif mais cela ne règle pas le problème pour les gens qui y habitent déjà, comme à l'Estaque », rappelle Frédéric Dutoit, député-maire (PC) des 15e et 16e arrondissements.