Une charnière qui grince

Thibault Vielle

— 

Le RCT a fait preuve d'un incroyable déchet lors de la finale perdue du Top 14 samedi contre Castres (14-19). Toulon a concédé 12 en-avant, une fébrilité encore jamais vue cette saison. Pire, le maître à jouer Jonny Wilkinson a été d'une incroyable inefficacité (43 % de réussite), laissant quatorze points en route, dont un drop raté.

Michalak n'y était pas…


Si Wilko n'a pas réalisé son meilleur match face à Castres, il est difficile pour l'entraîneur Bernard Laporte de blâmer le héros de la H Cup. «Comment en vouloir à Jonny qui tente des pénalités de 50 m ? Non, Castres était meilleur, leur victoire est méritée», expliquait-il à la fin du match.

Pour Frédéric Michalak en revanche, la comparaison avec son vis-à-vis, l'étincelant Rory Kockott, paraît insoutenable tant le Sud-Africain semblait au-dessus. Maladroit, l'ancien Toulousain n'a jamais donné l'impression d'être entré dans cette finale. C'est même sur une erreur de concentration que le numéro 9 adverse file à l'essai à la 40e minute de jeu. Remplacé par Sébastien Tillous-Borde à la 49e minute, Michalak, comme ses coéquipiers, a semblé fatigué. «Je n'en veux pas à mes joueurs», a tempéré le coach varois.

■ Une autre planète ?

Le fantasque président du RCT Mourad Boudjellal a tenu à féliciter l'exploit du Castres Olympique en expliquant «qu'ils étaient de toute façon sur une planète exceptionnelle ce soir-là».