La circulation bouchée aux goudes

amandine rancoule

— 

Des bus plus petits circulent dans le village des Goudes (8e).
Des bus plus petits circulent dans le village des Goudes (8e). — p.magnien/20 minutes

A l'heure de la sieste, Pierre-Jean et son voisin boivent l'apéro. Attablés devant leurs maisons des Goudes (8e), ils font la conversation aux passants. En ce jour de semaine où le soleil joue à cache-cache, les randonneurs sont plus nombreux que les voitures. Pour le plus grand bonheur des riverains.

«Bloquer le passage»


«Dès les premiers week-ends de printemps, ça bouchonne, raconte Pierre-Jean, habitant des Goudes depuis vingt ans. On est à la porte des Calanques et il y a des énormes embouteillages dans ces rues étroites. Il faudrait carrément bloquer le passage et installer des navettes pour les touristes.» Mais régler le problème de la circulation aux Goudes, c'est un peu comme «vider la mer avec une petite cuillère», estime Pierre Reboud, le directeur général de la RTM. Lors d'une rencontre avec la presse mardi, il l'a reconnu : «parfois les bus font des demi-tours sportifs, voir acrobatiques. Nous n'avons pas encore trouvé de solutions miracles.» Un moment évoqué, la mise en service de navettes maritimes a finalement été écartée. «Cette solution est impossible à mettre en œuvre, estime Joël Raffin, le directeur général des services à la communauté urbaine (MPM). Les ports ne répondent pas aux normes de sécurité.» Pour autant, d'autres solutions sont étudiées. «On pourrait interdire la circulation dans le village en la limitant aux simples riverains», propose Gilles Valabregue, le directeur commercial de la RTM. Mais se pose alors le problème du stationnement. «En collaboration avec la ville, nous devons lancer des études sur le stationnement et la circulation en zone urbaine ou protégée, affirme Joël Raffin. Dans tous les cas, il faudra essayer de permettre aux gens d'accéder aux calanques en transports collectifs.» Pour cet été, des solutions d'urgence ont été mises en place, notamment des patrouilles de police. «Les solutions pérennes viendront plus tard, on va travailler d'arrache pied», promet Joël Raffin. Dans les prochaines semaines, des réunions vont être organisées entre la ville et MPM. Fin juin, le plan de déplacement urbain devrait être voté à la communauté urbaine.

■ ENQUÊTE

Malgré les problèmes de circulation liés l'année dernière aux différents chantiers dans la ville, la fréquentation sur le réseau de transport en commun a augmenté de 3,7 %, soit 6,2 millions de validations en plus par rapport à 2011. Au total, 165,5 millions de validations ont été enregistrées. De même en 2011, le trafic avait progressé de 3,7 % par rapport à 2010.