Le futur tramway fait polémique

amandine rancoule

— 

Les travaux du tramway ont débuté depuis deux mois sur trois kilomètres.
Les travaux du tramway ont débuté depuis deux mois sur trois kilomètres. — p.magnien/20 minutes

Ce tramway-là n'est pas désiré par les commerçants et les entreprises. Le tram d'Aubagne est une nouvelle fois attaqué en justice. Fin mars, les associations de commerçants du département et l'union des entreprises des Bouches-du-Rhône (UPE13) ont déposé un recours devant le tribunal administratif contre la déclaration d'utilité publique (DUP) signé par le préfet. La préfecture n'a pas souhaité réagir. Le tribunal devrait se prononcer ce mercredi.

«Il ne relie rien à rien»


«C'est une première, nous ne l'avions jamais fait auparavant, explique Jean-Luc Chauvin, le président de l'UPE 13. A l'heure où il se fait rare, il ne faut pas gaspiller l'argent public : plus de 200 millions d'euros dans 11 kilomètres». Le tramway devrait aller en 2019 du quartier du Charrel au pôle d'échange d'Aubagne. «Il est si petit qu'il ne relie rien à rien, estime aussi Christine Rampal, la présidente de l'association» Cœur de ville «à Aubagne. Ce tramway n'est connecté à rien». «Faux», rétorque Daniel Fontaine (PCF), le maire d'Aubagne et le vice-président de la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile. «Le tracé du tramway est intimement lié à une réflexion de déplacement sur le département. Il peut y avoir différents types de transports lors d'un trajet : un tramway, puis on peut ensuite prendre un bus ou un train», estime-t-il. De leur côté, les entrepreneurs proposent plutôt d'investir sur «un réseau de transports en commun qui ne passerait pas par Marseille», d'après un arc Aix, Aubagne, La Ciotat et Toulon. «Selon une étude menée en 2012, 43 % des habitants du Pays d'Aubagne et de l'Etoile travaillent hors de l'agglomération, explique Jean-Luc Chauvin. Il faut leur proposer un meilleur réseau de transport en commun.»