Kadir, les menaces de mort en tête ?

thibault vielle

— 

Foued Kadir a été sorti par Elie Baup à Lille, dimanche, dès la 49e minute.
Foued Kadir a été sorti par Elie Baup à Lille, dimanche, dès la 49e minute. — M.LIBERT / 20 MINUTES

Sorti à la 49e minute de jeu dimanche face au Losc, Foued Kadir n'a, encore une fois, pas convaincu son entraîneur Elie Baup.

L'Algérien, pourtant titularisé malgré le retour de Mathieu Valbuena dans le onze olympien, a perdu la vista qu'il avait lorsqu'il évoluait sous le maillot de Valenciennes en début de saison. Déjà sous pression, le Martégal, qui joue pour le club de son cœur, a subi des menaces de mort de sa propre famille.

Racketté par sa propre famille


Nul besoin de connaître Foued Kadir personnellement pour comprendre que la tentative d'extorsion, dont il a été victime au début du mois de mars, le fait encore cogiter.

L'enfant du pays a été trahi par sa propre famille. La police a finalement pu identifier l'auteur des menaces de mort qu'il a subi grâce aux empreintes digitales relevées sur un téléphone abandonné dans la boîte aux lettres de ses parents. Le maître chanteur n'était autre que le cousin de Foued, un certain Sofiène. De quoi expliquer le malaise footbalistique du joueur. Pourtant, le Fennec ne se cache pas derrière ça et refuse de parler de cette histoire. «Cela a été difficile pour moi ces dernières semaines, car je n'ai pas beaucoup joué», explique-t-il simplement au sujet de ses prestations. «Même des joueurs comme Cristiano Ronaldo sont souvent critiqués», ironise-t-il.