Délinquance stable, mais violence croissante en Paca

©2006 20 minutes

— 

La préfecture des Bouches-du-Rhône fait ses comptes. Au lendemain du meurtre d'un bijoutier dans le 13e arrondissement, Christian Frémont, préfet de Paca, présentait vendredi les chiffres de la délinquance. Si l'on observe une stabilisation des délits depuis 2002, les vols à main armée sur Marseille accusent une progression de 10,56 %, jusqu'à 50,23 % sur les neuf premiers mois de l'année, par rapport à la même période en 2005. Selon le préfet, ce phénomène est dû en premier lieu à un « vieillissement des jeunes délinquants », passant du menu larcin, au braquage à main armée. « La tradition de gangstérisme à Marseille n'est plus, souligne le préfet de police, Bernard Squarcini. Aujourd'hui, on attaque même des fleuristes ! » Mais peut-être est-ce là une conséquence de l'inquiétante féminisation des vols avec violence. Près de 30 % des cas sont imputés à des « délinquantes ».

Florent Bonnefoi