Avec « wilko» , le rCt a pris son pied

thibault vielle

— 

«C'est historique !» L'émotion du trois-quarts toulonnais Mathieu Bastareaud est encore palpable après l'exploit réalisé par le RCT, venu s'imposer pour le premier quart de finale de son histoire à Mayol (21-15).

Les Tigers de Leicester n'ont pourtant pas démérité ce dimanche en dominant allègrement toutes les phases de conquêtes (mêlée, touche). La charnière du XV de la Rose a fait mal aux Varois, surtout l'ouvreur Toby Flood qui passe les pénalités comme des perles en profitant avantageusement des fautes toulonnaises.

Tout allait bien pour ces diables de Tigres, bien rentrés dans leur match à Mayol et qui, sans être géniaux ont fait le boulot sans paniquer. En toute logique et face à la défaillance de la 1re ligne du RCT, ils ont mené tranquillement 9 à 6. Mais, comme bien souvent cette saison, quand les hommes de Bernard Laporte connaissent des difficultés à faire le jeu, ils peuvent s'en remettre à Sir Jonny Wilkinson.

Monsieur 100 % fait le show


Le duel des ouvreurs de ce match, tous deux natifs de Newcastle, a rapidement tourné en faveur du plus expérimente qui a réalisé de nouveau un sans-faute, inscrivant tous les points de son équipe.

Outre son habileté au pied (6 transformations et un drop final gagnant), Wilko s'est montré intraitable en défense et a apporté son expérience des matchs de haut niveau à tous ses coéquipiers.

«C'est vrai que j'ai marqué tous les points de mon équipe, mais c'est pour cela que je m'entraîne autant. Mon principal objectif, c'est de pouvoir concrétiser toutes les opportunités que l'on me donne dans un match. Ma seule ambition est de faire avancer l'équipe.»

Galvanisés par leur numéro 10, Botha (53e) et Bastareaud (51e), tous deux très bons, ont tout entrepris pour marquer un essai aux Tigres. Leurs tentatives seront annihilées par l'arbitre de la rencontre. Le stade Mayol est libéré quand son ouvreur chouchou place un drop à une minute du terme après un chassé-croisé assez inouï des deux équipes. Pour la première fois de son histoire Toulon se rendra à Twickenham pour jouer la demie face aux Saracens.

■ un président en larmes

Mourad Boudjellal est apparu très ému en conférence de presse après la victoire des siens contre Leicester. «Ce n'était pas un match, mais un cauchemar pour moi», s'est exprimé le président du RCT, soulagé du dénouement de la rencontre. «Il n'y a pas si longtemps que ça, on jouait une finale de Pro D2 à La Rochelle et là, on va partir à Twickenham pour disputer une demi-finale de coupe d'Europe, c'est incroyable», s'est-il extasié devant les journalistes présents.