Pour laporte, le match de dimanche est un bonus

thibault vielle

— 

Bernard Laporte, manager du RCT.
Bernard Laporte, manager du RCT. — VILLALONGA / SIPA

A Toulon, la ville s'est arrêtée. Pour le quart de finale de l'histoire du club varois face à Leicester, les couleurs traditionnelles rouge et noir ont été placardées dans toute la ville. Un signe flagrant de la grande attente des supporters de la rade avant le match de dimanche. La pression de l'événement n'est cependant pas palpable sur le visage de l'entraîneur du RCT, Bernard Laporte. «Ça fait seulement dix-huit mois que je suis ici. Je n'ai pas assez d'histoire et de recul pour affirmer qu'il s'agit d'un match historique. Ce qui compte, c'est que mon équipe veuille la victoire dimanche», tempère le coach varois.

Un grand respect pour les Tigres


«Quand on pense à l'Europe, deux équipes nous viennent immédiatement à l'esprit, Toulouse et Leicester, explique l'ancien sélectionneur du XV de France à la presse venue en nombre jeudi. En ce qui me concerne, c'est un match important de cette saison. L'objectif du club est déjà atteint. Après, on a envie de gagner, c'est indéniable. Il ne faut pas se mettre plus de pression qu'il n'en faut ! C'est un quart de finale de coupe d'Europe et ces matchs-là sont toujours importants, c'est tout. »

Le demi de mêlée toulonnais Sébastien Tillous-Borde sait que le RCT, plus inexpérimenté, risque de souffrir : «Les Tigres sont habitués à jouer ce genre de rencontre, contrairement à nous. Ça va se jouer sur des détails, mais on sera bien présent et notre public [15 000 personnes sont attendues] nous aidera.»

■ des rock stars ?

Les tabloïds anglais mettent la pression en faisant du RCT le grand favori du match de dimanche. Ils emploient même l'expression «rock stars» en parlant de l'effectif de la rade. Les Toulonnais ont réagi en rejetant ce statut loufoque.