L'OM est-il prêt pour le sprint final ?

thibault vielle

— 

Elie Baup encourage ses joueurs qui finiront par arracher le match nul contre Nice à l'aller, le 11 novembre 2012 (2-2).
Elie Baup encourage ses joueurs qui finiront par arracher le match nul contre Nice à l'aller, le 11 novembre 2012 (2-2). — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Avec le futur déplacement à Nice, les Marseillais n'ont plus que neuf rencontres à disputer jusqu'à la fin de cette saison de Ligue 1.

Les hommes d'Elie Baup, actuellement 3es du championnat, vont donc devoir se déplacer quatre fois et accueillir ainsi à cinq reprises, dans leur jardin du stade Vélodrome. Curieusement, les Olympiens, qui vont affronter successivement en déplacement leurs trois adversaires directs pour la course à l'Europe : Nice, Lille, et Saint-Etienne donnent de meilleurs espoirs lorsqu'ils évoluent loin des Bouches-du-Rhône. Et c'est là que réside tout le paradoxe marseillais de cette saison car, malgré la récente résolution de leurs problèmes défensifs, les joueurs d'Elie Baup balbutient leur football et font montre d'une inefficacité offensive très inquiétante.

«Les qualités morales et mentales que nous avons montrées par le passé doivent nous aider sur les 9 prochains matchs. En sachant que le sprint final ne se court que lors des 6 dernières journées», analyse pendant ce temps-là Elie Baup. Certes, l'équipe a longtemps fait preuve d'un mental et d'une solidarité, qui l'a souvent sortie de situations délicates mais actuellement, cette réussite n'est plus aussi flagrante (3 buts marqués seulement dans les 6 derniers matchs).

Le faible niveau de la concurrence


Si la logique l'emportait, les Marseillais auraient depuis longtemps décroché du podium mais leurs concurrents directs ne semblent pas vraiment pressés de leur ravir la place. Même Lille qui était pourtant sur une bonne lancée de victoires, s'est finalement incliné contre Évian lors de la dernière journée.

«La logique de ce championnat fait que même le PSG a perdu des points contre des derniers. Contrairement à des idées reçues, les équipes qui se déplacent ont une rigueur dans l'organisation difficile à dépasser. C'est compliqué pour tout le monde», tempère le technicien Baup visiblement encore dans ses starting-blocks. Quoi qu'il en soit, le déplacement à Nice le 31 servira de premier indice pour sonder la réelle motivation de cette équipe de Marseille. Reste également à leur souhaiter également de retrouver à temps, la réussite qui leur a si souvent servi à domicile…