Fos 2XL, bouée de sauvetage du PAM

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Le port de Marseille, « poumon économique » de Paca, bientôt sous assistance respiratoire ? Troisième port du monde pour le trafic en pétrole et en gaz naturel, le port autonome de Marseille (PAM) est aujourd'hui en danger dans le trafic conteneurs. Selon les chiffres du ministère de l'Economie, Marseille traitait il y a vingt ans 30 % de ce type de trafic en Méditerranée, contre 12 % aujourd'hui. Alors que les conteneurs sont en pleine expansion : selon les prévisions, leur trafic devrait continuer d'augmenter au niveau mondial au moins jusqu'en 2025.

Après une journée de grève vendredi et le report du conseil d'administration, les syndicats et la direction du PAM négocient cette semaine les conditions de mise en oeuvre du projet Fos 2XL. Celui-ci doit permettre, en alliant investissement publics et privés, de tripler les capacités des terminaux conteneurs. Un projet qui devrait juste permettre de sortir la tête de l'eau : le PAM disposerait dans trois ans d'une capacité de 2,1 millions de conteneurs par an, alors que Barcelone a déjà dépassé ce seuil l'an dernier. Or le trafic conteneurs génère des retombées considérables dans le secteur des transports et de la logistique, gros utilisateurs de main-d'oeuvre. A terme, Fos 2XL pourrait entraîner la création « d'au moins 6 000 emplois » assure Guy Janin, directeur général du PAM. La CGT, majoritaire au port, et la direction doivent se revoir avant le conseil d'administration de vendredi, qui doit valider les conventions entre le port et les futurs opérateurs privés de Fos 2XL.

Frédéric Legrand

En 2005, le port de Marseille se classait au 36e rang mondial en termes de trafic conteneurs. En Europe, il est devancé entre autres par Algésiras, Valence, Le Havre, Barcelone et Gênes.