Corse : la CMN saisit aussi l'Europe

©2006 20 minutes

— 

La CMN, concurrente de la SNCM pour la desserte maritime publique de la Corse, a saisi la Commission européenne pour de « graves distorsions de concurrence » justifiant l'interruption immédiate de l'appel d'offres en cours dans ce dossier, a-t-on appris hier.

Le président de la CMN, Robert de Lambilly, estime que Paris et les repreneurs privés de la SNCM (Véolia Transport et Butler Capital Partners) devraient souscrire « des engagements précis et forts » en contrepartie d'aides publiques évaluées à plus de 180 millions d'euros. La CMN souligne plusieurs particularités de l'opération de renflouement de la SNCM. Notamment la vente de la flotte de la SNCM « à des conditions [de prix] anormales ». Ainsi que l'existence d'une somme de 135 millions d'euros « inscrite au passif du bilan au poste “primes d'émission pour couverture des pertes futures” ». Autrement dit, selon la CMN, l'exploitation de la SNCM devrait rester déficitaire, installant une distorsion de concurrence face à des concurrents privés tenus, eux, d'équilibrer leurs comptes.