Un bouchon contre les taxis clandestins

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Depuis la place Castellane jusqu'à la préfecture, des taxis bloquent la circulation, sur toute la largeur de la rue. Plus de 150 taxis ont manifesté hier à Marseille, perturbant le trafic aux abords du parc Chanot avant de converger vers la préfecture. L'intersyndicale veut protester contre les « taxis clandestins » qu'ils accusent de concurrence illégale. « On en voit plein à Belsunce et porte d'Aix, assure Marcel, chauffeur de taxi à Marseille. Ils ne sont jamais contrôlés. Il n'y a qu'un fonctionnaire chargé de ça à la préfecture et il ne veut pas tester en se faisant passer pour un client. »

Une délégation a été reçue en préfecture : « On nous a promis un rendez-vous avec la répression des fraudes pour augmenter les contrôles, explique Jean Gammicchia, président du Syndicat des taxis marseillais. On va voir. On nous dit ça depuis un an. » Les grévistes protestaient aussi contre le Conseil de la concurrence, qui poursuit l'intersyndicale des taxis marseillais pour une entente présumée dans la vente des licences professionnelles. Peine encourue : 230 000 e d'amende. « On est 1 100 taxis à Marseille alors qu'il en faut un pour 1 000 habitants, estime Marcel. Des listes de ventes de licences, ça se fait partout. Mais on est les seuls à l'avoir écrit. »

F. L.

Au moins 150 véhicules feraient office de taxis clandestins à Marseille, selon l'intersyndicale. D'autres indépendants tourneraient la loi en faisant du transport sanitaire.