Sylvie Andrieux devant le tribunal correctionnel

M.PE

— 

Sylvie Andrieux, députée PS des Bouches-du-Rhône, comparaît lundi devant le tribunal correctionnel de Marseille. L'ancienne vice-présidente du conseil régional est soupçonnée d'avoir facilité le versement de subventions à des associations présumées fictives de sa circonscription. En échange, celles-ci auraient été chargées d'assurer sa «promotion» auprès des habitants (et donc des électeurs) des 13e et 14e arrondissements.

Son ancien attaché parlementaire, Roland Balabas était chargé de faire l'intermédiaire entre les dirigeants de ces associations et le conseil régional. L'enquête est partie d'un signalement de Tracfin, la cellule anti-blanchiment du ministère de l'Economie et des Finances, qui a repéré des flux financiers suspects entre juin 2005 et janvier 2007. Le montant des sommes détournées s'élèverait à 740 000 €.

Sylvie Andrieux a été mise en examen en juillet 2010 pour détournement de fonds publics. Au total, 22 personnes sont renvoyées devant le tribunal. Michel Vauzelle, président (PS) du conseil régional, a été entendu mais n'a pas été mis en cause. En mai 2009, il avait retiré à Sylvie Andrieux sa délégation à la politique de la Ville. Un mois plus tard, elle quittait le conseil régional où elle siégeait depuis 1992. L'ancienne conseillère régionale risque jusqu'à deux ans de prison et 150 000 € d'amende.

■ Élections législatives

Malgré sa mise en examen, Sylvie Andrieux s'est présentée aux élections législatives de juin 2012. Le Parti socialiste lui a retiré son investiture un mois avant le scrutin, ce qui n'a pas empêché l'intéressée d'être réélue – de justesse – face à Stéphane Ravier (FN) avec 50,99 % des voix. Elle a réintégré le groupe de l'Assemblée nationale un mois plus tard.