Frédéric Rychen : «Il faut une politique de réinsertion»

©2006 20 minutes

— 

Frédéric Rychen, maître de conférence à l'université de la Méditerranée, directeur du master « Aménagement du territoire ».

La tertiarisation de la Valentine était-elle inévitable ?

Cette reconversion était nécessaire. Il faut maintenant qu'elle s'accompagne d'une bonne redistribution des richesses et d'une politique d'emploi et de réinsertion aux personnes qui ont subi cette transformation.

L'arrivée de grandes enseignes profite-t-elle à toute la zone ?

Elles attirent une large clientèle venant de Marseille comme d'Aubagne. Il y a donc un effet positif global qui profite aussi aux petites surfaces. Ainsi que des effets sur les taxes professionnelle et d'habitation.

Quel est le danger de ce développement massif ?

La Valentine parvient à concentrer tous les types d'activité. Mais la zone va manquer d'espace, parce qu'elle attire à la fois des commerces et des habitants.