La Valentine attire les marques à la chaîne

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Longtemps tournée vers l'industrie, la Valentine (11e) a la cote auprès des surfaces commerciales. Depuis quelques semaines, c'est un défilé de marques : Fnac, Kiabi et, en août, Ikea. C'est son second magasin dans la région marseillaise : « 196 personnes ont été recrutées localement à la Valentine, dont 15 à 20 % d'anciens ouvriers, explique Michel Laqs, directeur des ressources humaines. Ils ont un souci du détail et de l'organisation très intéressant pour nous. »

Dans le 11e arrondissement, le chômage a baissé de trois points en un an. Une manne d'emplois qui traduit le développement de la zone commerciale. Mais celui-ci se fait au détriment des industries, historiquement très implantées dans la vallée de l'Huveaune : l'usine Panzani est aujourd'hui sous le coup d'un plan social, et Nestlé Saint-Menet a fermé (lire ci-dessous). « On considère généralement qu'un emploi dans l'industrie en crée un autre dans les services, via la sous-traitance, note Joël Budanic, responsable CGT. L'emploi industriel, plus stable, amène du pouvoir d'achat. » Pour Sabine Bernasconi, conseillère municipale (UMP) déléguée à l'Emploi, la main-d'oeuvre marseillaise est plutôt adaptée au secteur des services : « Marseille a un bassin d'emploi considérable, jeune et peu qualifié, très attractif pour le tertiaire. » « Il est sûr que l'on souhaiterait plus d'industries, reconnaît Roland Blum, maire (UMP) du 11e arrondissement. Mais cette transformation est un passage inévitable, qui crée des emplois et de la consommation.

Julien Pompey

les chiffres 1 milliard d'euros, c'est le manque à gagner annuel pour les commerces de Marseille, dû à la fuite des clients vers les zones commerciales voisines (Plan-de-Campagne, Aubagne...) 420 millions d'euros de chiffre d'affaires réalisé cette année par les 74 enseignes de la zone commerciale de la Valentine. 1 000 emplois devraient être créés à terme grâce à l'ouverture d'Ikea à la Valentine. 1 500 personnes travaillent pour le secteur industriel dans le 11e arrondissement.