«Venez le moins possible»

propos recueillis par mickaël penverne

— 

Jean-Pierre Soureillat, directeur 
de la CAF des Bouches-du-Rhône.
Jean-Pierre Soureillat, directeur de la CAF des Bouches-du-Rhône. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Jean-Pierre Soureillat est le directeur de la Caisse d'allocations familiales (CAF) des Bouches-du-Rhône. Depuis plusieurs mois, l'établissement accuse un énorme retard dans le traitement des dossiers.

Combien de dossiers sont-ils actuellement en souffrance ?

A la fin de l'année dernière, nous sommes montés à 135 000 demandes en retard. Nous avons mis en œuvre un plan de rattrapage le 21 janvier et aujourd'hui, nous en sommes à 115 000 environ.

Quelles sont les raisons de cette saturation ?

Il y a plusieurs facteurs. D'abord, février est le mois du renouvellement des droits. C'est donc un mois où les dossiers affluent. Or, pendant cette période de renouvellement, nous avons décidé de ne pas fermer nos services d'accueil du public. Nous avons 4 000 visites par jour. Cela entraîne un retard dans le traitement des demandes. Enfin, nous enregistrons une hausse des bénéficiaires du RSA : un millier de plus par mois depuis septembre. Sur un an, cette hausse atteint 12 %. Pourtant, nous avons toujours été rigoureusement à jour dans le traitement des dossiers du RSA, soit une dizaine de jours.

Comment comptez-vous régulariser la situation ? Et à quel horizon ?

Nous envisageons une hausse de la réduction de l'amplitude d'accueil, sans doute après le 15 mars. En clair, nous fermerons des centres pour retrouver petit à petit une situation à peu près normale. Notre objectif est d'arriver à un chiffre de 70 000 demandes en instance d'ici à fin mars, et 35 000 dossiers d'ici à mai.

En attendant, que conseillez-vous aux allocataires ?

De venir le moins possible à nos accueils.

■ tensions

Plusieurs CAF ont déjà fermé leurs portes pour traiter les dossiers en attente. Les Caisses de l'Essonne et de la Côte d'Or, par exemple, ont fermé deux semaines. Celle de Seine-Saint-Denis trois semaines et celle de la Haute-Saône, un mois entier.