Camions et parc arboré à la décharge de Septèmes

— 

Vent debout contre l'extension de la décharge. Alertés par la presse et par Frédéric Dutoit, député-mairie (PC) des 15e et 16e arrondissements, plusieurs riverains expriment leur ras-le-bol. L'inquiétude porte surtout sur l'augmentation du trafic de poids-lourds, qui doivent traverser les quartiers Nord, notamment le secteur de Notre-Dame-Limite, pour arriver à la décharge. La société Valsud, qui gère la décharge de Septèmes, reconnaît qu'il y aura une augmentation « mais elle devrait être limité grâce à l'utilisation de camions de plus forte contenance ». Selon les estimations de Valsud, le trafic pourrait atteindre 150 camions par mois : « Après les inondations de 2004, nous avons dû faire quatre mois de travaux durant lesquels on a atteint 180 camions par mois. A l'époque, nous n¹avons pas eu une seule plainte ». Située au pied du massif de l'Etoile, site classé, la décharge de Septèmes devrait fermer en 2021. Suivant son cahier des charges, Valsud a prévu d'aménager les sols. «L'objectif est de permettre que, spontanément, un paysage se développe, assure Hervé Pernot, directeur du centre de stockage. Demain, la décharge sera un parc arboré, et les maisons attenantes prendront de la valeur.» Pour le moment, la décharge a été cachée à la vue des maisons par des haies d'arbres.

F.L.