«Je suis arrivé à maturité»

— 

Henri Jibrayel est député socialiste.
Henri Jibrayel est député socialiste. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Le Parti socialiste compte un candidat supplémentaire aux primaires. Le député des Bouches-du-Rhône, Henri Jibrayel, se lance à son tour dans les primaires, qui seront ouvertes et se tiendront la deuxième quinzaine d'octobre.

Vous ne vous interdisiez rien. Aujourd'hui, vous êtes candidat. Pourquoi avez-vous franchi le pas ?

Ce n'est pas une crise d'ego. J'ai longuement réfléchi et je crois que je suis arrivé à maturité. J'ai été élu quatre fois, deux fois député et deux fois au conseil général. Le temps est venu pour moi d'apporter ma petite pierre au débat.

Les candidatures se multiplient au PS. Comment éviter les divisions ?

Je ne crois pas au pugilat dont parlent certains. Mais j'ai fait trois propositions à Alain Fontanel (secrétaire national aux fédérations). D'abord, il faut un socle commun aux candidats qui sera élaboré par le premier secrétaire fédéral (Jean-David Ciot). Ensuite, il faut mettre en place un comité d'éthique. Enfin, il faut imposer le respect pendant la compétition, quitte à prononcer des sanctions.

Quel projet allez-vous porter ?

Il faut faire venir de grands investisseurs à Marseille. La ville est recroquevillée sur elle-même. Tous les chantiers navals ont fermé, mais aucune économie ne les a remplacés. La ville n'a pas de cœur économique digne de ce nom. Il faut se battre là-dessus.

propos

recueillis

par Mickaël Penverne