L'amiante mène la vie dure aux artisans

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Interdite dans la construction depuis 1997, l'amiante continue pourtant de hanter les chantiers. En Paca et en Corse, l'assurance-maladie, qui vient de lancer une campagne de sensibilisation destinée aux travailleurs du bâtiment, estime que 28 % des maladies professionnelles, tous secteurs confondus, sont liées à l'amiante. Soit le double du chiffre observé en France. Certes, la réparation navale – où les opérateurs manipulent directement la matière – y est pour beaucoup. « Mais les professions les plus exposées sont celles du second oeuvre du bâtiment », car elles travaillent sur le parc construit avant 1997, note Gérard Mougel, ingénieur-conseil pour la caisse régionale d'assurance-maladie.

Plombiers, électriciens, maçons ou peintres paient un lourd tribut : ils représentent déjà 38 % des malades de l'amiante, et leur part progresse. « En matière de prévention, nous touchons les entreprises de cinquante salariés et plus, mais en deçà, la tâche est plus complexe », poursuit Gérard Mougel. Or 90 % des entreprises régionales du BTP emploient moins de dix salariés. Combinaison de protection et masque devraient d'ores et déjà être rentrés dans les moeurs lors d'interventions sur les chantiers amiantés. « Mais il y a encore des progrès à faire pour l'application de ces mesures. »

L. B.

L'assurance-maladie a rédigé des fiches donnant des mesures de prévention par métiers. www.amiante.inrs.fr