Un biologiste en colère

M.PE

— 

Propriétaire d'un laboratoire d'analyses médicales dans la rue de Cassis (8e), Patrick Lepreux vient d'entamer une grève de la faim pour protester contre le projet de réforme de sa profession qui doit être présenté au Sénat le 31 janvier. «L'Etat veut imposer aux laboratoires des nouvelles normes industrielles et financières qui entraîneront des surcoûts insupportables, s'alarme-t-il. Cette réforme va nous coûter au moins 175 000 euros par an et par laboratoire.» Patrick Lepreux craint que lui et ses confrères soient contraints de vendre leur entreprise à des «groupes financiers». Ce qui entraînerait, selon lui, une dégradation du service. «Tout ce qui est urgent, on le fait chez nous, précise-t-il. Demain, ce sera fait sur de grands plateaux à plusieurs dizaines de kilomètres de chez vous. Or, les analyses, c'est parfois une question de temps». Depuis mardi, le biologiste a déjà perdu 4 kg. ■