Dans le parc des calanques, un duel en cache un autre

mickaël penverne

— 

Le Parc des calanques a été créé officiellement en avril 2012.
Le Parc des calanques a été créé officiellement en avril 2012. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Dans le duel, pour l'instant feutré, entre Jean-Claude Gaudin et Guy Teissier, potentiels adversaires à droite pour les élections municipales, le premier vient de marquer un point. Lundi, lors de l'élection à la présidence du Parc national des calanques, la candidate soutenue par le maire de Marseille, Danielle Millon, l'a emporté sur Didier Réault, proche du député des Bouches-du-Rhône. Mais il a fallu trois tours et un scrutin à huis clos pour les départager. Ambiance.

Municipales ou métropole?


Conseiller municipal délégué au Parc des calanques, Didier Réault pensait pouvoir décrocher le siège. Il avait fait campagne auprès des responsables associatifs membres du conseil d'administration. Son adversaire, maire de Cassis, avait le soutien des élus, y compris de gauche. Finalement, elle l'a emporté, par trois voix d'écart sur 51. «S'il fallait la preuve que Jean-Claude Gaudin ne va rien lâcher, on l'a désormais», sourit amèrement Didier Réault. Officiellement, le «camp» Teissier ne s'inquiète pas de cette défaite : «Ce n'est pas la meilleure conclusion, mais ce n'est pas impactant pour le reste du calendrier, assure un proche du député. Dans cette affaire, Gaudin a sans doute voulu marquer son territoire. Après Euromed [présidé par Guy Teissier], le Parc des calanques est l'un des établissements publics les plus intéressants du coin. À sa tête, il voulait peut-être quelqu'un de plus… docile». Dans le «camp» Gaudin, on assure cependant que les municipales n'ont rien à voir là-dedans : «Le Parc des Calanques préfigure le projet métropolitain, insiste Yves Moraine, président du groupe UMP au conseil municipal. Dans ces conditions, il fallait montrer que Marseille ne veut pas s'accaparer tous les postes.» Mais si, au passage, on peut tacler un «ami» politique, c'est encore mieux. ■