Un contrôle aurait précédé le drame

Amandine rancoule avec hanifa Charif

— 

La famille a été percutée sur la voie près de la gare SNCF de Saint-Joseph-Castellas (15e).
La famille a été percutée sur la voie près de la gare SNCF de Saint-Joseph-Castellas (15e). — p. magnien / 20 minutes

Le couple de Roms et leur petite fille de cinq anspercutés mortellement par un train samedi soir auraient été contrôlés dans une rame et, en l'absence de billets, contraints de descendre en gare, a-t-on appris mardi de source proche de l'enquête. Ils ont alors marché sur une voie, dos à la circulation des trains, pour rejoindre leur squat de Saint-Antoine (15e) quand un TER en direction d'Aix-en-Provence les a percutés. Le conducteur du train, qui n'avait aucune trace d'alcoolémie, a expliqué aux enquêteurs qu'en raison d'une courbe et à la vitesse du convoi, il lui avait été impossible de freiner à temps.

«Un contrôleur les a fait descendre»


«Aucun rapport d'incident expliquant que des passagers ont été contraints de descendre n'a été établi par le contrôleur du train, explique de son côté la SNCF. Ces personnes ont pu descendre d'elles-mêmes de la rame car il y avait beaucoup de policiers dans les trains et les gares samedi soir.» Après l'accident mortel, le demi-frère de l'homme décédé se serait présenté à la Sécurité publique, chargée de l'enquête, pour expliquer avoir reçu un coup de fil peu de temps avant les faits. Selon une source proche de l'enquête, son demi-frère lui aurait dit qu'ils avaient pris le train à Saint-Charles (1er) pour regagner le squat mais qu'ils avaient été contrôlés et laissés en halte de Saint-Joseph-Castellas (15e). «La famille n'a pas trouvé de bus pour rentrer et a pris le train, racontent aussi les associations après avoir rencontré les proches des victimes. Sans billet, un contrôleur les a fait descendre, peu de temps avant l'accident ». En mars 2012, trois sœurs, habitantes de la Castelanne (15e) avaient été fauchés sur l'A7 dans la Drôme, à hauteur de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Elles étaient à bord d'un train au départ de Marseille et avaient été priées d'en descendre, faute de billets, en gare de Pierrelatte, à une quinzaine de kilomètres du lieu de l'accident, avaient affirmé des témoins. ■