La guerre anti-moustiques aura bien lieu

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Les moustiques n'ont qu'à bien se tenir. En Camargue, une campagne expérimentale de démoustication a été officiellement lancée vendredi. « Il y a déjà eu plusieurs tentatives, mais l'action était mal ciblée. C'est le premier plan global à l'échelle de l'embouchure du Rhône », reconnaît Olivier Bardin, chef du projet « démoustication Camargue » à l'EID (Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen), chargée de cette expérimentation.

L'invasion de moustiques observée en septembre 2005 et la peur née de l'épidémie de chikungunya à La Réunion auraient fortement accéléré la mise en place du projet. « Tout à coup, nous n'étions plus les seuls concernés », résume Philippe Caizergues, maire de Port-Saint-Louis-du-Rhône, soulagé comme ses administrés par cette avancée.

Pour le moment, 2 300 hectares comprenant les communes de Salin-de- Giraud et Port-Saint-Louis-du-Rhône sont concernés. Si le traitement s'avère efficace, il sera étendu à quasiment toutes les zones humides de Camargue et de l'embouchure du Grand Rhône, soit 40 000 hectares exclus jusqu'ici de la lutte anti-moustiques. Les premiers largages de BTI (Bacillus thurigiensis israelensis), un bio-insecticide, auront lieu dès les premières pluies. Ce produit ayant été employé jusqu'ici avec des produits chimiques, des interrogations se posent tout de même quant à son efficacité. Les premières évaluations auront lieu fin 2007.

Sarah Marengo

L'expérimentation coûtera 1 million d'euros. La moitié sera financée par le conseil général, l'autre moitié étant à la charge de la région et de la communauté de communes Ouest-Provence, sans aide de l'Etat.