Le décollage des trains et des bus

amandine Rancoule

— 

L'aéroport Marseille-Provence a enregistré des chiffres records de fréquentation en 2012. Au total, 8, 3 millions de passagers ont transité par Marseille (12, 7 % de plus qu'en 2011). Plus d'un million d'entre eux ont utilisé les transports collectifs, – dont 120 000 le train – pour s'y rendre ou en repartir.

+ 80 % en cinq ans


«Depuis 2007, la fréquentation des transports en commun, bus et trains, a augmenté de 80 %», indique Pierre Régis, le directeur général de l'aéroport. Au total, 53 villes sont reliées à l'aéroport et 191 départs de trains et de bus s'effectuent chaque jour. «L'aéroport est un peu loin de Marseille. Prendre la navette est très pratique, assure Will. Mais après, il faut prévoir encore deux bonnes heures le temps d'acheter le billet, de venir etc.».

Cette année, en plus du guichet, des bornes devraient être installées, avec possibilité de réserver et d'imprimer les billets depuis le domicile. Avec 66 départs par jours, «les bus effectuent des navettes tous les quarts d'heure entre l'aéroport et Saint-Charles», explique Romain Wino, le chef de projet responsable des transports en commun à l'aéroport. Face à l'importance de ce trafic, la gare routière de l'aéroport devrait être réaménagée et la signalétique améliorée. Coté rail, la jeune gare Vitrolles, aéroport Marseille Provence n'est pas en reste. La fréquentation a augmenté de 84 % depuis 2011. Par jour, 63 trains s'y arrêtent. Avec celui de Strasbourg, l'aéroport est le seul à disposer d'une gare régionale. Eloignée de 3 kilomètres de l'aéroport, une navette gratuite transporte pour le moment les passagers. «Selon les scénarios et la technologie retenue, entre 40 millions et 85 millions seraient engagés», dans un nouveau transport depuis la gare, raconte Pierre Regis. «Eurocopter et nous, donnons la priorité à cet investissement», ajoute-t-il. Si le maillage et l'utilisation de différents modes de transport au cours du même déplacement ne sont pas parfaits, le développement de l'aéroport pourrait en effet être freiné. ■