Le vieux-port Enfin refait à neuf

mickaël penverne

— 

Le Vieux-Port s'ouvre enfin aux piétons. Après plusieurs mois de travaux, le lieu le plus emblématique de la ville est redevenu un endroit vivable. Les voitures ont été repoussées et une grande esplanade, au calme, s'offre désormais aux promeneurs. La première impression est plutôt bonne même si tout n'est pas parfait. Pas de bancs, ni de poubelles pour l'instant. Et un arbre, un vieux figuier, comme seul élément végétal. Quant à l'ombrière, qui abritera les vendeurs de poissons, elle ne sera terminée qu'en février.

Un défilé de bus


Daniel, membre de l'Union nautique canal de la douane, fait la moue. «Depuis qu'ils ont enlevé les barrières, on a déjà retrouvé des déchets dans les bateaux, grommelle-t-il. Je ne sais pas s'ils ont prévu de faire quelque chose. Sinon, ça promet pour cet été.».

A l'inverse, tous les élus débordent d'enthousiasme. A commencer par Eugène Caselli, président (PS) de la communauté urbaine, qui a apporté 18 millions d'euros sur les 45 millions d'euros de la première phase : «C'est un lieu de convivialité, d'animation et de rassemblement, énumère-t-il. Mais c'est aussi un lieu propice à la flânerie qui va pousser à la consommation et qui dynamisera le chiffre d'affaires des commerçants.» Tout le monde n'en est pas persuadé. A la brasserie de l'OM, située quai de la Fraternité, on ne desserre pas les dents. «Ils nous ont mis 12 lignes de bus dans les deux sens, s'agace un des employés. Du coup, ça défile en permanence. Nos clients n'ont aucune vue sur le port.»

La seconde phase des travaux démarrera en 2014 avec la construction notamment d'un «glacis de verdure en pente douce» au-dessus de l'entrée du tunnel du Vieux-Port. Le chantier, qui devrait coûter 35 millions d'euros, s'achèvera en 2020. ■