Les «ambition réussite», à surveiller

©2006 20 minutes

— 

Vingt-six établissements de l'académie d'Aix-Marseille sont référencés « ambition réussite » depuis cette rentrée, bénéficiant ainsi de moyens supplémentaires. Si le dossier semble avoir scellé la rupture entre le ministère et les syndicats, qui dénoncent un simple redéploiement au détriment d'autres établissements, ces renforts sont accueillis avec enthousiasme dans les collèges élus, jusqu'alors classés en ZEP.

Le collège Jacques-Prévert (13e) hérite ainsi de cinq postes en plus de professeurs, ainsi que de sept assistants pédagogiques en charge de l'aide aux devoirs. « Les profs auront des missions spécifiques, détaille Robert Lefeez, proviseur du collège. L'un repèrera les élèves en difficulté au niveau 6e-5e, l'autre au niveau 4e-3e, un autre se chargera des nouvelles technologies... »

Au total, 121 postes d'enseignants « expérimentés » ont été créés sur l'académie. Un concept de « superprofs » qui hérisse Josiane Dragoni, secrétaire académique du Snes. « L'éducation n'est pas une entreprise automobile avec un contrôleur et des ouvriers spécialisés, note-t-elle. On ne peut construire un travail en équipe que sur la parité et non en nommant un prof qui va dire aux autres ce qu'ils ont à faire. » D'ailleurs, selon elle, l'administration a peiné à trouver des candidats pour ces postes. « Du coup, ils ont nommé des “volontaires forcés”, assure-t-elle, dont des titulaires remplaçants » pour des postes destinés en théorie à des profs expérimentés. Nathalie, 31 ans, a ainsi appris il y a une semaine sa nomination dans un collège marseillais labellisé. Sa mission : assurer le lien primaire-sixième. « J'ai eu une sixième l'an dernier et j'ai fait un stage en primaire : c'est tout ce que j'ai comme expérience sur ces questions, note-t-elle. C'est un travail intéressant, mais je ne suis pas forcément la bonne personne... »

Stéphanie Harounyan