Pas de traitement de faveur pour l'UMP, assure le préfet

©2006 20 minutes

— 

« Le congrès de l'UMP n'a en rien perturbé le travail de la police à Marseille. » Hier, le préfet Christian Frémont a coupé court à la polémique à propos de la tenue à Marseille ce week-end de l'université d'été des Jeunes Populaires. Le PS avait dénoncé « la mise en place de moyens monstrueux de l'appareil d'Etat pour organiser ces journées ».

« Nous nous trouvions dans une situation pas banale, avec vingt-six ministres à Marseille, plus une centaine de parlementaires. En plus, nous sommes en Vigipirate rouge. Pourtant, nous avons pris les précautions d'usage, ni plus ni moins, a martelé le préfet. Aucun moyen supplémentaire n'a été utilisé. »

Et le préfet de souligner que ce week-end, « la police a procédé à Marseille à 107 interpellations contre 87 le week-end précédent ». Près de 150 policiers ont été mobilisés en moyenne sur les trois jours des universités. « A titre de comparaison, pour un match de l'OM, c'est 100 à 150 policiers et 750 si c'est le PSG », a-t-il conclu.

S. H.