« Inhumaines » Baumettes

Mickaël Penverne
— 
Les Baumettes est l'une des rares prisons de la région en gestion publique.
Les Baumettes est l'une des rares prisons de la région en gestion publique. — PATRICE MAGNIEN/20 MINUTES

Le contrôleur général des prisons, Jean-Marie Delarue, a rendu public, jeudi, son rapport sur les Baumettes. Son constat est sans appel : « Une telle situation est génératrice, pour les personnes détenues et aussi pour le personnel, de conditions sans doute inhumaines, sûrement dégradantes. » Le centre pénitentiaire se trouve dans un état déplorable, écrit-il, avec des douches « crasseuses », des rats qui « pullulent » et une électricité parfois « défaillante ».

Surpopulation de 145 %
Ce constat ne surprend pas Chloé Masson et Mehdi Bensoltane. Ces deux étudiants sont membres du Groupement d'enseignement aux personnes incarcérées (Genepi) qui propose des activités aux détenus : jeux de société, atelier d'écriture, etc. « Le pire, c'est le bâtiment B avec des détritus dans la cour, raconte Mehdi Bensoltane. Il y a des rats et des chats partout. Quand on se rend à la salle de sports, on passe par un endroit où les canalisations sont pétées. Ça sent les égouts, c'est infect. » La Garde-des-Sceaux, Christiane Taubira, a annoncé jeudi quelques mesures de rénovation comme la dératisation, des travaux d'étanchéité des toits ou la construction de cloison d'intimité… En attendant la livraison de deux nouveaux bâtiments prévue en 2017. « Il faudrait aussi davantage de services sociaux et de psys, souligne Chloé Masson. On oublie trop souvent que les détenus vont être amenés à sortir un jour. Or, ces conditions de vie ne les aident pas à éviter la récidive. » Avec plus de 1 700 prisonniers pour seulement 1 200 places, les Baumettes affichent un taux de surpopulation de 145 %. L'avocat marseillais Philipe Chaudon a donc lancé, jeudi, un appel à ses confrères, pour qu'ils fassent une demande de mise en liberté pour toutes les personnes placées en détention provisoire : « Christiane Taubira a rédigé une circulaire pour favoriser les peines alternatives à la prison. Les juges doivent maintenant prendre leurs responsabilités. »

genepi

Le Genepi à Marseille rassemble une petite vingtaine de bénévoles, tous étudiants, qui proposent aux détenus des Baumettes des activités pour rompre leur isolement et préparer leur réinsertion. L'association, qui va étendre son activité en janvier au quartier des femmes mineures, recherche des bénévoles. Renseignements : genepimarseille@gmail.com.