Tentative d'attentat à Corte : Corseus pas «partie prenante»

©2006 20 minutes

— 

Le gérant de la société Corseus Hélicoptères a démenti avoir été « partie prenante » dans la tentative d'attentat qui visait l'entreprise lui ayant ravi le marché des bombardiers d'eau, selon un communiqué publié hier dans Corse Matin. « Ordinairement, ce n'est pas la voie suivie si l'on veut utiliser des moyens illégaux », a fait valoir Jean-Pierre Bernardini. Celui-ci a été entendu, sous le régime de la garde à vue, par la police et remis en liberté vendredi, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat raté qui a coûté la vie à deux poseurs de bombes à Corte (Haute-Corse).

L'action a été revendiquée par le groupe armé clandestin nationaliste FLNC dit du « 22 octobre », mais les enquêteurs privilégient la piste d'un acte crapuleux revêtant les apparences d'une action politique. Le gérant de Corseus, entreprise insulaire, déplore que la société Yankee Lima, basée sur le continent et en Guyane, ait décroché le marché de trois ans pour une différence de prix de « 7 000 euros » et ce alors qu'elle ne disposerait pas « du certificat de transport aérien » nécessaire pour ce genre d'activité.

Corseus a contesté devant la justice l'attribution du marché. Bernardini déplore que « les élus responsables des services d'incendie ne se sentent pas concernés par l'avenir économique des entreprises implantées en Corse ».