Un homme tué par balle à Mazargues

mickaël penverne

— 

La victime était inconnue des services de police. Elle venait d'entrer dans un bar situé au rond-point de Mazargues.
La victime était inconnue des services de police. Elle venait d'entrer dans un bar situé au rond-point de Mazargues. — P. LAURENSON / REUTERS

Un homme d'une quarantaine d'années a été tué lundi matin dans un bar-tabac de Mazargues (9e). Cette fois, il ne s'agit pas d'un règlement de compte entre trafiquants de drogue. La victime, chauffeur de car, a été agressée par un malfaiteur qui voulait lui voler sa sacoche. L'homme a résisté et, dans la bagarre, un coup de feu est parti. Les marins-pompiers, qui sont intervenus quelques minutes après, n'ont pas réussi à le réanimer.
Ce nouveau décès par balle intervient après un week-end particulièrement sanglant. Vendredi après-midi, deux hommes ont été grièvement blessés après une rixe dans les quartiers Nord. Quelques heures plus tard, un individu de 28 ans a été abattu au fusil de chasse dans le 13e arrondissement. Enfin, dans la même soirée, un autre homme a été transporté à l'hôpital de la Timone après avoir reçu des coups de couteau en pleine poitrine. « C'est vrai qu'en ce moment, c'est un peu la catastrophe, souffle un policier. On en prend pour notre matricule. »

Les renforts n'ont pas encore payé
Hasard ou non, le gouvernement a rendu publique lundi – trois mois après la réunion du comité interministériel à Marseille – sa circulaire de politique pénale spécifique à la cité phocéenne, qui prévoit notamment le développement des investigations judiciaires « le plus en amont possible ». Pour l'instant, l'arrivée début novembre des renforts (160 policiers à Marseille) n'a pas porté ses fruits. « Jusque-là, on avait les effectifs mais pas les moyens, explique David-Olivier Reverdy, du syndicat Alliance. On parlait de renforcer la brigade de VTT mais sans VTT. On nous disait aussi qu'on allait multiplier les patrouilles dans les cités mais sans voitures. Heureusement, sous la pression du directeur de la Sécurité départementale [Pierre-Marie Bourniquel], la situation devrait se débloquer dans les jours qui viennent. On va enfin pouvoir bosser. »

visite

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a fait escale à Marseille lundi soir, pour une réunion avec les responsables des services de sécurité.