Des ampoules bleues pour éloigner les toxicomanes

Amandine Rancoule

— 

Les quais de la gare SNCF de Sainte-Marthe, dans le 14e arrondissement.
Les quais de la gare SNCF de Sainte-Marthe, dans le 14e arrondissement. — p.magnien/20 minutes

Cinq lampadaires de la gare SNCF de Sainte-Marthe (14e) vont être équipés à partir de vendredi d'une douzaine d'ampoules bleues, pour dissuader les toxicomanes de prendre de la drogue à cet endroit. La lumière bleue, déjà diffusée dans les toilettes des boîtes de nuit, rend moins visibles les veines et donc plus difficile l'injection en intraveineuse. Dans une lettre envoyée à la SNCF, des personnes se seraient plaintes de trouver ponctuellement du matériel souillé, abandonné sur le sol. « C'est juste une expérimentation en interne pour voir les conséquences de cette lumière sur ce périmètre précis et sur les conducteurs de trains, indique-t-on à la SNCF. Nous verrons ensuite si nous étendons ou pas le dispositif à tous les quais ».
« Nous n'avons jamais entendu parler d'un problème de ce type à la gare pourtant nous sommes au courant de ce qui se passe dans le quartier », assure Jérôme Simonet, le pharmacien situé en face de la gare depuis 12 ans. Pour Serge Longere, le directeur du bus Méthadone, association venant en aide aux personnes toxicomanes, la SNCF aurait dû faire appel à « une structure allant vers les usagers isolés ». « C'est une façon de faire brutale et contre productive, estime-t-il. Croyez-moi, les usagers vont trouver un autre endroit. Mais plus on les retranche, plus on a des consommations clandestines à risques : overdose, infections… ».
« Si on retrouve les déchets 100 mètres plus loin, ça ne sert à rien et on verra alors comment travailler différemment, indique la SNCF, qui attend la fin de l'expérimentation pour « en parler » avec les associations. Sans toutefois préciser la durée du test.