Une ferme bio pour contrer le béton

Mickaël Penverne

— 

A Aubagne, les terres agricoles (au centre) sont encerclées par les zones commerciales et les habitations.
A Aubagne, les terres agricoles (au centre) sont encerclées par les zones commerciales et les habitations. — P.MAGNIEN/20 MINUTES

Freiner la progression du béton. L'agglomération d'Aubagne et l'association Terre de liens ont acquis une parcelle de 3 hectares près de la zone commerciale La Martelle. Le but : maintenir une activité agricole, en l'occurrence une ferme bio, dans un secteur où la pression foncière est très forte. « L'extension de la zone commerciale n'a jamais été envisagée, assure Martine Thérond, directrice du service économie de l'agglomération. Mais les enseignes commerciales ont toujours eu l'espoir de voir le POS (plan d'occupation des sols) évoluer en leur faveur. » C'est la première fois que l'agglomération se lance dans une telle opération. « Les collectivités ont un rôle majeur à jouer dans la conservation des terres agricoles, confirme Pierre Fabre, président de Terre de liens. Parce que, si ça continue comme ça, il n'y aura plus d'agriculture significative dans 20 ans. »

« C'est mort ! »
En France, selon la Société d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer), environ 78 000 hectares de terres agricoles sont grignotés chaque année par l'urbanisation. Selon la Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (Draaf), la surface agricole utilisée dans les Bouches-du-Rhône est passée de 162 000 hectares en 2000 à 148 000 hectares en 2010. Soit une baisse de 9 %. « Dans le département, il n'y a plus qu'une seule zone agricole valable, c'est le pays d'Arles assène Philippe Chansigaud, de la Confédération paysanne. Le reste, c'est mort ! » S'il s'inquiète lui aussi de la situation, Jérôme Ange, de la FDSEA, se montre cependant moins alarmiste : « C'est vrai qu'il y a encore trop de communes qui veulent absolument leur lotissement et leur zone commerciale. Mais, depuis quelques années, certaines d'entre eux, comme Aubagne, se rendent compte que l'on consomme trop de terre et qu'il faut freiner l'étalement urbain. »

souscription

L'association Terre de liens a lancé une souscription, ouverte à tous, pour participer au projet Jonquiers. Renseignements sur le site : www.terredeliens.org.