Un an de prison avec sursis pour « Tatie Monique »

— 

La nounou de la crèche clandestine, surnommée « Tatie Monique », a été condamnée mercredi par le tribunal de Marseille à un an de prison avec sursis et 12 000 euros d'amende. Le procureur avait requis 14 mois d'emprisonnement et 20 000 euros d'amende. « C'est un jugement sévère, souffle son avocat Christophe Pinel. J'ai l'impression qu'on a voulu faire un exemple. Je vais voir avec elle pour la suite à donner mais je sais qu'elle est très lasse. Je ne suis pas sûr qu'elle voudra faire appel. » En revanche, l'Urssaf va sans doute faire appel. L'organisme public avait réclamé 30 000 euros de préjudice pour dissimulation d'activité et dissimulation d'emplois salariés. Le tribunal l'a débouté en « l'absence d'éléments significatifs ». « C'est une décision surprenante, s'offusque Romain Allongue, avocat de l'Urssaf. Dans ce cas de figure, la dissimulation d'activité est manifeste. » Début novembre, la responsable d'une autre crèche illégale comparaîtra à Marseille.M. PE.