Fralib franchit une nouvelle étape

— 

Une quarantaine de salariés de l'usine Fralib de Gémenos, menacée de fermeture par le groupe Unilever, se sont réunis mercredi matin devant la préfecture de région. Une table ronde sur l'avenir du site, désormais propriété de la communauté urbaine de Marseille (MPM), était organisée. Après la signature prochaine de la convention de revitalisation, un comité d'engagement devrait être créé. « L'État, Unilever, MPM et nous, allons discuter des projets de reprise », explique Olivier Leberquier, le délégué syndical. « Les critères de sélection des projets intégreront l'offre d'emploi aux salariés de Fralib. Une priorité sera donnée à l'analyse de tout projet porté par les salariés », précise la préfecture. Celui des Fralib prévoit notamment un volume de sous-traitance et la cession de la marque Éléphant. Des conditions refusées par Unilever. Dans un communiqué, le DRH du groupe, Frédéric Faure, s'engage à assortir « les mesures d'accompagnement et de reclassement d'une obligation de résultats permettant un reclassement effectif » des salariés.