les transactions reculent et les prix font du surplace

mickaël penverne

— 

Les trois-pièces sont les plus vendus.
Les trois-pièces sont les plus vendus. — p. magnien / 20 minutes

Il a mis en vente son appartement il y a quatre mois. Un T2/3 dans le très chic 8e arrondissement. En temps normal, c'est une formalité. Mais plus maintenant. « Je l'ai mis en vente à 169 000 euros mais je reçois des propositions à 155 000 euros, explique Juan, le propriétaire. Je ne négocie même pas : c'est trop bas. On sent bien que les gens ont du mal à sortir l'argent de leur poche ».

La Belle de mai a la cote
Selon la chambre des notaires, qui a publié mercredi les chiffres de l'immobilier dans le département, le marché de la pierre à Marseille fait toujours pâle figure, quatre ans après le début de la crise. Par manque d'accès au crédit, les actes de vente ont chuté de 11 % au 1er trimestre 2012 par rapport à l'année dernière. « Les banques nous disent qu'avec la suppression du prêt à taux zéro, elles ne trouvent plus de candidat éligible » à un emprunt, soupire Jean-Fabrice Anselmo, président de la chambre des notaires. Quant aux prix, la situation est à peine plus réjouissante. Dans l'ancien, le prix moyen du mètre carré s'établit à 2 582 euros (+1,1 % par rapport à l'année dernière). Dans le neuf, il se situe à 3 826 euros (-0,5 %). Sans surprise, les quartiers « bourgeois » du centre-ville ou résidentiels de la périphérie (6e, 7e, 8e, 12e et 13e arrondissements) tirent leur épingle du jeu : de +0,6 à +5,2 %. A l'inverse, les 1er et 16e arrondissements plongent : -4 et -10,2 %. Plus surprenant, la Belle de mai connaît une hausse de 6 %. « Les politiques d'amélioration de l'habitat ont sans doute recherché cet effet normalisateur dans des quartiers restés longtemps sensibles », explique Dorothée Martel-Reison, notaire à Marseille.

crédit d'impôt

Pour remplacer la loi Scellier et le prêt à taux zéro qui avait soutenu le marché, la ministre du Logement, Cécile Duflot, devrait bientôt proposer un dispositif permettant aux particuliers de bénéficier d'une réduction d'impôt dès 2013.