L'indice 10 sert-il vraiment à quelque chose ?

Rédaction 20 Minutes

— 

Indice 6, 8, 10, 15, 30, 50+ ?  Le choix de sa crème solaire se réfléchit à deux fois.
Indice 6, 8, 10, 15, 30, 50+ ? Le choix de sa crème solaire se réfléchit à deux fois. — WIDMANN / TPH / SIPA

ÇA S’EXPLIQUE – Ce n’est pas parce qu’on est en vacances qu’il faut mettre son cerveau sur pause. Le professeur Jean-Luc Schmutz, président de la société de photodermatologie, répond à la question: «L'indice 10 des crèmes solaires sert-il vraiment à quelque chose?»

Qui ne s'est pas demandé quelle protection choisir entre une crème solaire indice 20 et un indice 10? Si on achète la 10, on pense: «Je vais bronzer mais je ne suis pas très bien protégé.» Si on choisit la 20: «Je vais devoir attendre au moins cinq ou six jours avant de pouvoir sortir mes jambes.» Ne parlons pas de la 30 («celle qui s'adresse certainement aux enfants») ou de la 50+ («pour ceux qui veulent rester blancs sans doute...»).

Or, il y a bel et bien un choix un peu plus réfléchi à faire afin de bronzer tranquille.

Des indices calculés selon la résistance au coup de soleil

Le professeur Jean-Luc Schmutz est chef du service dermatologie de l'hôpital Brabois à Nancy et président de la société française de photodermatologie. Autrement dit, c'est le spécialiste des problèmes de peau liés au soleil. Il nous explique comment sont déterminés les indices et à quoi ils servent.

«Il existe aujourd'hui quatre niveaux de photoprotection : faible, moyenne, importante et très forte. Les protections très fortes (indices 50+) sont destinées aux personnes atteintes de problèmes dermatologiques», commence le professeur. Quant au calcul des indices, ils sont déterminés en fonction du temps que la peau va mettre pour attraper un coup de soleil. Plus l'indice est élevé, plus on va mettre du temps à attraper ce coup de soleil.

L'application est essentielle

Par exemple : si on met en général 10 minutes à faire un coup de soleil, sans protection, l'indice 50 va multiplier cette durée par 50. Il faudra donc compter 500 minutes avant que l'utilisateur commence à rougir.
Des calculs savants dont la précision est cependant toute relative : «Cela fonctionne sous réserve d'appliquer 2mg/cm², uniformément et sur tout le corps. Un tube correctement utilisé, bien appliqué sur toute la peau et renouvelé pendant l'exposition ne devrait pas durer plus de deux ou trois jours», illustre le professeur.

Et puisque tout le monde a déjà essayé de s'appliquer seul de la crème dans le dos, on sait que certaines zones seront moins bien couvertes, voire pas du tout. «On considère qu'il faut diviser par 4 environ l'efficacité initiale de l'indice» Ainsi, s'appliquer à la va-vite un indice 40 reviendrait à bien s'enduire de protection 10.

L'indice 10 a son efficacité

Cet indice 10 sert donc bien à quelque chose s'il est utilisé correctement. Il va repousser de 10 fois le temps que vous mettriez pour attraper un coup de soleil si vous ne l'aviez pas appliqué. Enfin... plutôt, de deux à trois fois si l'application est aléatoire.

Pour Jean-Luc Schmutz, l'indice moyen pour une protection correcte se situe entre 20 et 30. Et les produits du type monoï ou graisse à traire sont à proscrire: «Ce sont des photosensibilisants. Ils hâtent les risques de coups de soleil.» Quant à l'utilisation de crème ou de spray, «cela revient au même. Il n'y a pas de règle. Les hommes auraient tendance à préférer les sprays». Et pour ce qui est de la marque à choisir le dermatologue recommande les «grandes marques de produits solaires», qui «proposent des protections de qualité».

Mais au-delà de la crème solaire, le spécialiste estime que la meilleure des photoprotections est la protection vestimentaire. «Pratiquement tous les équipementiers fabriquent des T-shirts de protection solaires, adaptés à la plage et même aux baignades», assure-t-il.

Certains ont même poussé la mode un peu loin, comme en Chine, où l'on trouve même de coquettes cagoules adaptées à la plage et aux baignades pour se protéger du soleil.

Alors cet été, sortez couverts !

>>> Retrouvez tous nos articles "Bronzer moins bête"

 

Marie Tissier