Des viandes aux légumes, en passant par les pâtisseries et les chocolats, les alentours de Bordeaux possèdent un patrimoine culinaire exceptionnel. L’occasion de sillonner les routes du Bordelais, aussi bien pour leurs paysages que pour la gastronomie locale.

Après quelques heures de voyage, le premier arrêt comblera le petit creux de fin de mâtinée. Prévoyez une pause à St-Emilion pour goûter les fameux macarons typiques de cette ville de Gironde. Ils sont composés d’amandes et de blanc d’œuf frais. Une recette élaborée au XVIIe siècle et qui n’a pas changé depuis.

Une photo publiée par Ranny💐 (@_from.u) le

Puis cap sur Bordeaux pour le déjeuner. Choisissez un plat local, comme l’agneau de Pauillac, souvent servi avec des haricots. Une viande classée label rouge, dont la tradition remonte aux bergers transhumants de Gironde au XIIIe siècle.

Des douceurs au goûter

Dans la capitale de l’Aquitaine, profitez du quatre heures pour vous octroyer une pause sucrée. Emblématiques de la ville, les cannelés se trouvent dans toutes les boulangeries de la ville.  «Ils sont liés à l’histoire viticole de notre région. La légende dit que les blancs d’œufs étaient utilisés dans le processus de vinification. Les châteaux ne jetaient pas les jaunes mais les donnaient à des bordelaises qui auraient inventé ce petit gâteau», raconte Bénédicte Baggio, auteure du blog de cuisine bordelaise Mylittlespoon. Parfumé à la vanille, le cannelé cache un cœur moelleux sous sa croute caramélisée.

Avec une culture du vin très présente, les pâtissiers bordelais ont su marier les saveurs sucrées avec leurs bonnes bouteilles. En témoigne les inventions de la Maison Darricau, une chocolaterie située place Gambetta. «Ils ont mis au point une confiture de chocolat au vin qui est absolument divine», sourit Bénédicte Baggio. Cette confiture s’utilise aussi bien pour les desserts que pour accompagner une viande.

Retrouver les saveurs d’antan

N’oubliez pas de faire un arrêt à Lormont, une ville bordée par la Gironde, en face de Bordeaux, dont la spécialité est le gratton. «C’est l’occasion de retrouver les saveurs des recettes anciennes. Car les grattons de Lormont font vraiment partie du patrimoine culinaire de la région », conseille Jean-Pierre Xiradakis, chef du restaurant La Tupina à Bordeaux et spécialiste de la cuisine du terroir du Sud-ouest. Composé de jambon frais, d’épaule et d’épices, le gratton se déguste bien frais, en entrée, avec du pain. Il peut aussi se transformer en plat principal lorsqu’il est accompagné d’une pomme de terre.

 

#bordeauxsogood #bordeaux #France #french #duck #grattons

Une photo publiée par @hungryexplorer le

Pour un repas plus léger, rendez-vous près de Blaye, une ville située plus au Nord le long de l’estuaire de la Gironde. Véritable produit du terroir, les asperges du Blayais se consomment de préférence en début d’année, lorsqu’elles sont fraîches. «Il faut tirer le meilleur des saisons, qui garantissent un renouvellement permanent des saveurs», souligne Jean-Pierre Xiradakis. «Chaque année, je re-découvre les saveurs de l’asperge. Elles sont plus grosses que la normale et ont presque un petit goût sucré.» Car dans le Bordelais, les légumes ne sont pas en reste, en témoignent les radis de Bègles ou les artichauts de Macau. De quoi satisfaire les estomacs plus légers.