En ligne ou au pied de la vigne, où acheter son vin?

pratique Les professionnels livrent leurs conseils pour savoir quelle est la meilleure option pour acheter son vin...

Pascal Boyer

— 

Faites un tour dans les supermarchés de votre quartier, tapotez sur Internet, scrutez les vitrines de cavistes… Et vous serez vite perdus, noyés non pas dans l’alcool, mais dans la myriade d’étiquettes. Alors pour acheter son vin (à consommer avec modération, évidemment) sans se tromper, plusieurs solutions existent, et plusieurs étapes aussi.

La complicité du petit commerçant

Florent Martin, second sommelier au restaurant du George V, conseille aux particuliers le rapport direct. «Il faut aller voir les commerces de proximité, et particulièrement les cavistes, afin de créer une sorte de complicité avec ces artisans qui ont le mérite d’aller sur place s’intéresser aux vignerons. Je ne parle pas des grandes chaînes, qui signent souvent des contrats nationaux pour leur approvisionnement, mais bien des petits passionnés qui dénichent les bonnes surprises.»

À quand remonte la dernière fois où vous êtes allé directement chez un vigneron? Avoir le temps de le faire n’est pas donné à tout le monde, et trouver un intermédiaire de qualité devrait donc être une priorité pour quiconque aspire à avoir de bonnes bouteilles dans sa cave.

Le catalogue de la grande distribution

Mais l’achat dans les réseaux de grande distribution présente également ses avantages. Sur les prix tout d’abord, puisque «les bouteilles sont en moyenne vendues 10 à 15% moins cher que chez les cavistes», explique Patrick Scheiber, chef de groupe achat vins chez Auchan. «En revanche, il n’est pas garanti d’obtenir un conseil personnalisé à toute heure et dans tous les magasins», concède-t-il. Avec «en permanence 600 à 1000 références en catalogue», mieux vaut connaître ce que l’on vient acheter. Mais dans ces grandes enseignes, l’offre n’est pas uniquement le fruit de contrats nationaux.

«Environ 40% des vins proposés sont des produits régionaux et locaux, gérés directement par chaque magasin en fonction de son emplacement», poursuit Patrick Scheiber. «Et l’on ajuste également l’offre en fonction de la demande: dans le Nord par exemple, nos clients sont des consommateurs de vins du Sud-Ouest donc nous leur en proposons une offre plus forte. Grâce à notre site web, nous offrons une gamme complète, allant de vins à 1€ à ceux à 1.000€. Et contrairement aux idées reçues, le vin arrive frais est stocké dans de bonnes conditions, chez nous aussi.»

Le vigneron, dans un second temps

Pour autant, l’achat en direct chez le producteur reste une bonne affaire, à condition de compter non plus en bouteilles mais en cartons. Un choix donc souvent réservé aux connaisseurs, cette étape n'étant en général franchie que lorsque le vin en question est déjà bien connu.

Pourtant jeune (28 ans), Florent Martin n’est pas un adepte de la vente sur Internet, «trop froide» à son goût. Mais Mikaël Grou, sommelier lui aussi au George V, fait de plus en plus confiance à l’achat en ligne. «On peut bénéficier de bons conseils d’experts par le biais de certaines applications.»

Aventuriers du vin

Finie l’époque des ventes privées. «Aujourd’hui, les ventes de vin sur Internet s’orientent souvent autour de l’image de marque d’un sommelier ou d’un domaine», selon Mikaël Grou. Mais ce n’est pas tout. Depuis quelques années, de plus en plus de sites web permettent de découvrir des vins. «C’est le cas de sites comme Chais d’œuvre ou Le Petit ballon», conseille-t-il. «Ils permettent de s’abonner pour recevoir tous les mois deux flacons accompagnés d’un explicatif bien rédigé.»

Une méthode d’achat indiscutablement réservée aux amateurs de découverte qui ne craignent pas d’ouvrir des bouteilles qu’ils ne connaissent pas et qu’on aura choisi à leur place. «L’esprit, c’est d’aller là où on ne serait jamais allé, même chez un caviste», ajoute Mikael Grou. En matière de vin, la meilleure option est donc de se laisser guider par sa soif de découverte.

>>> Retrouvez l’ensemble de nos articles sur les vins de Bordeaux