Comment choisir sa complémentaire santé étudiante?

Changement Les étudiants peuvent souscrire à une mutuelle étudiante, pour compléter le régime général auquel ils sont désormais rattachés…

Anna de la Vega

— 

Une complémentaire santé peut être d'une grande aide sans trop dépenser.
Une complémentaire santé peut être d'une grande aide sans trop dépenser. — martin-dm/Getty Images

Dernière rentrée pour la protection sociale étudiante! Alors que les nouveaux étudiants de l’enseignement supérieur sont rattachés désormais au régime général de la Sécurité sociale, les anciens eux continuent avec le système de mutuelles étudiantes pour la dernière fois. Tous pourront alors choisir parmi différentes complémentaires santé étudiantes ou générales pour compléter le remboursement de leurs soins. D’où l’importance de se poser les bonnes questions.

«Il faut que l’étudiant regarde son âge, ses besoins en termes de soins, s’il a des traitements de longue durée, explique Françoise Orlane, vice-présidente de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage). Il doit aussi analyser ses habitudes de consommation. Un bilan de sa situation personnelle est important.»

Certaines consultations sont prises en charge à 100% par la Sécu, celles des généralistes à 70% et celles des kinés ou soins infirmiers à 60%. Pour un rendez-vous avec un ostéopathe, pas de remboursement en revanche. Pour avoir la protection sociale optimale, on peut donc souscrire à une complémentaire santé en ciblant son profil.

Comparer pour trouver la meilleure offre

«Si vous êtes en contact avec votre famille, parlez-en avec vos parents pour voir s’ils n’ont pas une offre plus avantageuse pour les groupements, conseille Françoise Orlane. Il faut faire une vraie étude, prendre son temps et chercher parmi les différents groupes mutualistes pour trouver la meilleure offre.» Du contrat basique au contrat de moyenne gamme, différentes mutuelles dont étudiantes (MEP, LMDE, Smerep…) essaient de s’adapter aux budgets des jeunes ou à leurs besoins, comme le remboursement des contraceptifs. Faites donc des devis et comparer avant de signer.

Si on porte des lunettes ou si on a besoin de soins dentaires, ce sont des éléments à prendre en compte pour trouver une couverture adaptée. De même, si on consulte des spécialistes avec des dépassements honoraires ou si on a des soins spécifiques, à faire, comme gynécologiques pour les femmes. «Regardez si on vous rembourse les hospitalisations (urgences ou non) et le forfait hospitalier (frais de séjour), les frais dentaires prévus, l’accès aux soins ophtalmologiques, les soins de vie, la pharmacie, les accidents par rapport à la pratique sportive, etc.», prévient la vice-présidente de la Fage.

>>> Retrouvez l'ensemble des articles de notre dossier consacré à la vie étudiante

Comptez environ 314€ pour une année en Ile-de-France et 304€ en province chez les mutuelles étudiantes. Souvent en situation de précarité, plus de la moitié des 23-25 ans renonceraient aux soins pour des raisons financières. Certains organismes comme Emevia ou la Fage appellent d’ailleurs au développement de centres de soins universitaires, gratuits pour les étudiants.